Le coquelicot, symbole du souvenir…

Chaque novembre, des coquelicots fleurissent sur les revers et cols de plus de la moitié de la population totale du Canada.

Depuis 1921, le coquelicot signifie le symbole du Souvenir, l’engagement visuel de ne jamais oublier tous les canadiens qui sont morts à la guerre et dans des opérations militaires. Le coquelicot signifie aussi à l’échelle internationale un ‘’symbole de réminiscence collective’’ car d’autres pays ont aussi adopté son image pour honorer ceux qui ont fait le sacrifice ultime.

…C’est au cours des guerres napoléoniennes que l’on commença à remarquer le coquelicot, cette fleur mystérieuse qui poussait sur les tombes des soldats morts au combat.

Le coquelicot fit une réapparition remarquée au cours du 20e siècle du fait que les sols de la France et de la Belgique étaient devenus riches en calcaire à cause des décombres de la Première Guerre mondiale. Les petites fleurs rouges fleurissaient autour des tombes des soldats comme elles l’avaient fait 100 ans auparavant.

En 1915, John McCrae, de Guelph, en Ontario, servit à titre de médecin dans l’artillerie canadienne, et immortalisa ce phénomène dans son célèbre poème In Flanders Fields (Au champ d’honneur, adaptation de Jean Pariseau).

Deux jours avant l’Armistice, Moina Michael, une Américaine d’Athens, en Géorgie, lut le poème de McCrae et eut l’idée de porter un coquelicot durant toute l’année en souvenir de ceux qui étaient morts à la guerre.

En 1920, une Française, madame E. Guérin, se rendit aux États-Unis et rencontra mademoiselle Michael qui était bénévole au YMCA, à l’Université Columbia. Madame Guérin décida de vendre des coquelicots faits à la main au cours de la période de l’anniversaire de l’Armistice afin d’amasser des fonds pour les enfants pauvres des pays qui avaient été ravagés par la guerre en Europe…. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.